Collectif Afrique

Collectif Afrique
Accueil
 
 

 
 

 

COMMEMORATION DE L’ADMISSION DES COMORES A L’ONU 12 Novembre 1975 – 12 Novembre 2011     À cette occasion, nous organisons une projection suivie d’un débat sur le contentieux franco-comorien concernant l’île comorienne de Mayotte, à l'aune de l'actualté sur cette île, en vue de dégager quelques pistes d'actions militantes en faveur de la cessation de l'occupation de l’île comorienne de Mayotte par la France, comme l’exigent les résolution de l'ONU, chaque année.    La conférence sera précédée par le visionnage d'un film documentaire tourné à Mayotte.Plus de 10.000 victimes comoriennes ont déjà péri entre Anjouan et Mayotte depuis 1995.  Génocide ? Crime de guerre ? Crime contre l’Humanité ?   Le samedi 12 Novembre 2011, 3, Place des Grès 75020 PARIS 14h00 Heures à 18 heures Pour s’y rendre : Métro Porte de Montreuil, Prendre le PC2, arrêt Vitruve, Au bout de la rue se trouve la Place de Grès Contacts des organisateurs  Portable : 06-14-68-25-43     A l’occasion de la conférence pour dénoncer la départementalisation formelle de l’île comorienne de Mayotte, les organisateurs (*) écrivaient, à juste titre, le texte ci-dessous. «En fin mars 2011, Mayotte a accédé au statut de Département, devenant ainsi le 101ème département français, comme annoncé lors de la consultation de mars 2009. Les Français l’ont appris «au JT de 20 heures», n’ayant jamais été associé à ce long processus d’annexion de territoire que le gouvernement de Monsieur Sarkozy vient de parachever.   Le référendum de mars 2009, tout comme ceux de 1976, restent illégaux au regard du Droit International qui reconnaît Mayotte, située à près de 9 000 kilomètres de la France, comme appartenant à l’état comorien. Les Comoriens se sont prononcés à plus de 95 % en faveur de leur indépendance, par un référendum organisé le 22 décembre 1974.   Les Comores ont été admises comme membre de l’ONU en vertu de la résolution 3385 du 12 novembre 1975, qui réaffirme «la nécessité de respecter l’unité et l’intégrité territoriale de l’archipel des Comores, composé des îles d’Anjouan, de la Grande-Comore, de Mayotte et de Mohéli». En accédant au statut de Département d’Outre-mer (DOM), Mayotte pourrait devenir ensuite une «Région Ultrapériphérique» (RUP) de l’Union Européenne (UE). Mais les chancelleries européennes vont – elles accepter de reconnaître ce nouveau statut de RUP à Mayotte, alors que leurs états ont voté presque toutes les 20 résolutions de l’ONU condamnant l’occupation illégale de l’île comorienne de Mayotte par la France ?    Pourquoi cet acharnement à «départementaliser» ce territoire, à l’heure où l’échec du statut des DOM s’est traduit par la généralisation des mouvements sociaux dans tous les outre – mers français (en 2009 : mouvements LKP en Guadeloupe & Martinique, grèves générales à la Réunion, «marche citoyenne» avec l’USTKE en Nouvelle Calédonie, …) ? »    Deux ans après la consultation de Mayotte, quel bilan tirer de cette expérience de recolonisation d’une partie d’un pays indépendant? Nous constatons :  

  • Les Maorais ont suivi les mouvements de contestation des outre - mers, contre la vie chère, comme en témoignent le mouvement de décembre 2009, ou les marches de mars 2011 et depuis septembre jusqu’alors; 
·         La solidarité des Peuples colonisés se confirme de jour en jour, comme l’exprime la «Déclaration des organisations politiques patriotiques, anticolonialistes et anti-capitalistes de la Guadeloupe », du 31 octobre dernier  (http://www.afrik.com/article24028.html);  ·         Le «visa Balladur – Pasqua» instauré en 1995 continue de «justifier» les expulsions massives des Comoriens des autres îles (les tristes scores de 17 500 en 2009 et 16400 expulsions en 2008 ont été atteints, représentant près de 8% de la population de l’île) ;  ·         Ce visa criminogène continue d’entraîner son cortège de morts dans le «plus grand cimetière marin» ; pour échapper aux sévisses de la Police aux Frontières (PAF) au large de Mayotte, plus de 10.000 Comoriens ont trouvé la mort dans le bras de mer entre Anjouan et Mayotte …    Pour développer toutes ces questions et entendre l’éclairage de femmes et d’hommes qui militent pour la liberté des Peuples, venez débattre avec nous pour trouver ensemble les voies et moyens de sortir du colonialisme.    En vous remerciant de confirmer votre participation.    Pour le Collectif des Associations Comoriennes Mustapha Abdou-Raouf : 06-99-93-10-20 Mail. comores1975@gmail.com     (*) Participent à cette rencontre des responsables des organisations suivantes :PCF, NPA, CADTM, SURVIE, ATTACK, AFASPA, LE CERCLE FRANZ FANON, LA PLATEFORME PANAFRICAINE,  SORTIR DU COLONIALISME, L’AMICALE PANAFRICAINE, D’AILLEURS NOUS SOMMES D’ICI, LE COLLECTIF DES ASSOCIATIONS COMORIENNES… 
 

12 nov.15:00
au
12 nov.19:00